L’échec est la complication la plus fréquente en ALR

L’échec est la complication la plus fréquente en ALR

Quand la technique d’anesthésie locorégionale est adaptée à la chirurgie et réussie, les résultats sont spectaculaires en terme de contrôle de la douleur. En revanche, tout ne se passe toujours pas comme prévu : la complication la plus fréquente, en anesthésie locorégionale, est l’échec, c’est à dire l’absence de bloc sensitif ou un bloc sensitif incomplet.

Ce petit Yorkshire a été opéré d’une TPLO, une heure auparavant. Il a eu un bloc échoguidé des nerfs sciatique et fémoral en préopératoire. Le nerf sciatique a été très bien identifié et entouré de ropivacaine, en revanche, l’identification du nerf fémoral dans le muscle iliopsoas a été plus approximative. Cependant, pendant l’anesthésie, tout suggérait que le bloc était complet : aucune tachycardie, aucune hypertension, aucune réaction au stimuli nociceptifs et une narcose suffisante avec 1,5% d’isoflurane.

L’échec partiel du bloc sensitif s’est révélé au moment du réveil. Le territoire innervé par le nerf sciatique était bien insensible, mais il n’y avait aucun bloc sensitif sur le territoire du nerf fémoral. Un complément d’analgésie, utilisant en particulier les morphiniques, a été indispensable chez ce chien en postopératoire immédiate.

La vidéo montre incontestablement que ce chien n’est pas confortable : immobilité, faciès tendu, yeux qui se ferment. Pas besoin de mobiliser la patte pour savoir que le bloc n’a pas marché…….

Ajouter un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.